Numéro 1 • Résumés des articles

Quelques apports de Jack Goody. Les humains au prisme de leurs techniques

Q

Jack Goody, 16 juillet 2015. Ses centres d’intérêt étaient multiples mais fédérés par une double approche : un profond universalisme, jamais démenti ; une curiosité pour les supposées oppositions entre technique et culture. En détaillant ces points, nous montrons la fécondité de sa pensée et aussi l’efficacité de ses apports pour qui veut comprendre l’Internet.

« Le grand entretien » avec Emmanuël Souchier

«

Le grand entretien d’Emmanuël Souchier, mené par Franck Cormerais, Jacques Athanase Gilbert et Laurent Loty, évoque les axes majeurs de sa recherche : l’écriture, la sémiologie du texte et de l’image, le texte et les supports «numériques». Auteur des théories de « l’énonciation éditoriale » et de « l’écrit d’écran » et des écrits de réseaux, il s’intéresse aux pratiques de communication « infra...

Dans la disruption. La main, ses doigts, ce qu’ils fabriquent et au-delà

D

Dans la disruption appréhende la crise de l’éducation et des savoirs dans le contexte de leurs conditions organologiques posées par l’extériorisation des systèmes de rétention tertiaires. Il s’agit en effet de constituer une archihistoire qui permettra de saisir la mesure du processus de grammatisation en œuvre afin de pouvoir replacer l’homme et la société dans ce nouvel environnement...

Digitalisation et redistribution des raretés. Qui paie pour la gratuité ?

D

Les conséquences de la digitalisation des processus techniques et économiques qui accompagnent aujourd’hui « la couverture des coûts de l’homme », pour reprendre une expression de François Perroux, mais aussi les interprétations qui, sur le plan théorique, s’emparent du paradigme numérique dans les domaines des sciences humaines, s’accompagnent sur le plan épistémologique d’un renouveau...

Digital versus numérique

D

Le comité de rédaction a souhaité mettre en discussion une opposition pour commencer une rubrique qui sera consacrée à des problèmes de terminologie. L’emploi d’un vocable n’est jamais neutre, aussi il paraît souhaitable de s’interroger sur d’adoption d’un mot qui vient qualifier études dans la revue Etudes digitales. Si étude renvoya d’abord au soin avant de qualifier aujourd’hui le...

De « numérique » à « digital »

D

La Suisse Romande connaît depuis 2012 des développements institutionnels qui comportent l’adjectif «digital» : laboratoire d’humanités digitales à l’EPFL, laboratoire de cultures et humanités digitales et spécialisation de master à l’Université de Lausanne. La situation francophone académique est donc plurielle, et le débat devrait viser à en expliciter les enjeux plutôt qu’à gagner...

Digital ou numérique ? Il s’en est fallu d’un doigt

D

J’ai d’abord pensé qu’il fallait opter pour l’un des deux termes, puis en googlelisant je me suis aperçue que les deux camps avaient chacun des arguments recevables, hormis celui qui consiste à rejeter « digital » au nom d’un conformisme ou d’un chauvinisme linguistique de mauvais aloi. Rappelons en effet que « digitalisation » est une création française (vers 1970, selon le Dictionnaire...

Digital : parce que le doigt… et le toucher

D

A l’inverse de « computer » qui ne veut rien dire en français, « digital » est un mot qui s’entend en français autant qu’en anglais. En français, « digital » désigne l’adjectif correspondant au doigt, avant d’être cet anglicisme qui reprend tel quel le mot pour son acception en anglais, à savoir, effectivement, numérique, puisqu’en anglais « digit » signifie chiffre.